1° manche à SAINTES, les photos et le CR officiel!

Je vous mets au fur et à mesure les photos de SAINTES que je reçois. N'hésitez pas à revenir consulter les mises à jour.


































Le Compte-rendu Officiel:

 

CHALLENGE INTERDEPARTEMENTAL DE PECHE DES CARNASSIERS

« HENRI HERMET »

SAINTES – CHARENTE-MARITIME

1er – 2 Mai 2008

 

 

 

 

La Fédération pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique de Charente-Maritime ouvrait le bal en organisant le 1er concours de la saison 2009 du Challenge Interdépartemental de Pêche des Carnassiers Henri HERMET. Rendez-vous était donné aux compétiteurs dans la ville de SAINTES sur la Charente pour une épreuve qui allait se dévoiler comme déroutante.

Jacques FOUCHIER, Président de la Fédération de Pêche et son équipe tenaient à accueillir le Challenge de Pêche aux Carnassiers Henri HERMET pour faire connaître en premier lieu le potentiel halieutique de la Charente où la semaine avant le concours sur le parcours proposé un brochet de 1m30 avait été capturé. Il tenait également à souligner l’évolution de la pêche des carnassiers qui maintenant est élevée au rang de sport avec des notions de « tactiques employées », de « technicité », de « pêche sportive » et de « no kill ». Sa volonté était aussi de faire découvrir cette évolution au plus grand nombre. Enfin, il voulait convaincre les élus locaux de la nécessité d'équiper la ville d'une rampe de mise à l’eau digne de ce nom, fonctionnelle et capable d’accueillir les bateaux dont sont équipés les pêcheurs modernes,.... mais aussi les autres. Quand on parle de tourisme pêche, de développement économique du fleuve à travers le tourisme fluvial, on a du mal à imaginer que la capitale de la Saintonge ne possède pas encore cet aménagement de première nécessité. C'est un dossier devenu désormais prioritaire.

Pour l'heure, entouré de nombreux bénévoles, il proposa aux Saintais de nombreuses animations, profitant que la zone de d’amarrage et de départ du concours soit en ville, à proximité d’un espace public réservée à la promenade. Pêcheurs locaux et badauds avaient tout loisir de voir les différentes équipes en plein action et ont été aussi surpris par la technologie employée que par la beauté des bateaux racés, habituellement peu fréquents sur le site.

Un très beau fleuve

Le terrain de jeux proposé aux 18 bateaux venus des départements de l’Aveyron, du Cantal, du Gers, de l’Hérault, des Landes, du Puy de Dôme, des Pyrénées Atlantiques, du Tarn et de Charente-Maritime était long de 16 km sur des fonds de calcaire et d’alluvions stables de 4 à 7 m de profondeur.

La Charente jouit d'une solide réputation. C'est une référence en matière de pêche: bonne densité de poissons et variété des espèces. Pêche au coup, pêche de la carpe de nuit et pêche des carnassiers se partagent la vedette. Même si le sandre est très présent, brochets et perches sont les valeurs les plus sûres sur ce secteur. Silures et blacks sont plus anecdotiques sur cette partie de rivière.

Le décor est planté, les acteurs n’ont plus qu’à entrer en scène.

Une préparation très professionnelle

Les compétiteurs sont arrivés la veille et tous étaient impatients de découvrir les lieux que, pour la plupart, ils ne connaissaient pas. A peine arrivés et bateau mis à l’eau, ils partaient en repérage sous une pluie battante. A leur retour, ils manifestèrent leur intérêt pour le parcours et leur souhait d’en découdre le lendemain matin.

Certains avaient aussi pris la précaution de contacter soit la fédération de pêche soit les magasins d’articles de pêche pour se faire une idée de l’endroit et des techniques les plus efficaces pour obtenir leurs premiers points au classement général du Challenge.

Jour J

La pluie avait cessé, mais les nuages étaient nombreux. La Charente, entourée de prairies et bosquets épars recouverts par les crues de printemps et d’automne, se laissait admirer mais allait se montrer peu coopérante. Pourtant, le courant non influencé par les marées (puisque les coefficients étaient inférieurs à 70), aurait du favoriser les prises. C'était sans compter sur une baisse de la température de l'eau qui, de plus, s'était légèrement troublée avec les dernières pluies.

Avec beaucoup d'application, chacun prospectait les postes qu'il avait repéré la veille.

C’était le cas de Marc TISSOT et Eric MAUCCI composant le team « DAIWA CORMORANS – LES BOUTIQUES DU MENUISIERS » qui avaient un plan d'action précis. Malgré tout ce travail en amont, ils ne devaient pas être récompensés et n’enregistrèrent aucune prise durant l’épreuve. Pourtant, pendant 12 heures, ils ont insisté en alternant la pêche au spinner et au mort manié pour tenter d’attraper un brochet qui est le poisson dominant. Au vu de l’absence de résultats, ils ont essayé en alternance de bien d'autres techniques en vain.

Ce fut malheureusement le cas de beaucoup d’équipages. Même les représentants locaux, le team « PIKE PERCH II CARNASSIER VAL DE SEUDRE » composé de Walter BENARD et Benoît DANIEL, sont revenus bredouilles de ces 12h de pêche.

Pour d’autres, les poissons pris ont été, soit décrochés, soit non maillés. C’est la mésaventure qui est arrivée à Philippe ASSIE et Nicolas GLEYSSE qui ont décroché au bateau un joli brochet vendredi matin et capturé grâce aux leurres « écogear » deux brochets non maillés ( 30 et 47 cm) le samedi matin.

Pour Channy CALMELS et son coéquipier David DEBARE du team FLORIDA FIELDS FISHING – SONER France – LOWRANCE – EVINRUDE E-TEC, la cause principale du manque de touches fut la montée de la rivière ce qui a eu pour conséquence la non activité du poisson. Les seules touches qu’ils enregistrèrent furent faites en grattant les magnifiques bordures dans très peu d’eau.

Les pêcheurs locaux, habitués des lieux, expliquaient le phénomène par la température trop basse de l’eau mais surtout par la présence des aloses. Ils ont remarqué que quand les aloses étaient présentes, les autres poissons étaient moins actifs. Maigre consolation, mais cela a permis à certains de pêcher leur première alose. Ce fut le cas du team OLD FOX – DAIWA CORMORANS – BASS BOAT RODEZ composé d’Alain MARRAGOU et Patrick CHARDENOUX.

 

Le team Ultimate Fishing – WEGWAM.fr – Franck DELMONTEIL – Frédéric VERMEIL, était assez confiant au vu de ses repérages du jeudi avec ses alternances de postes dans SAINTES et des coins vraiment jolis en amont et en aval de la ville. Manque de chance, le vendredi matin, au départ, ils constatèrent que les quelques postes repérés en ville étaient pris d'assaut par des pêcheurs du bord, ils ne pourraient pas les approcher en bateau donc ils décidèrent de descendre en aval. Fred décrocha un sandre maillé au bout de deux heures de pêche. Tout les postes qu’ils pratiquaient en alternant les techniques semblent vides. La première manche s'achèva sur un capot. La seconde manche débuta par l'arrivée de belles éclaircies. Ils décidèrent d'attaquer la manche au spinnerbait Megabass. D'entrée sur un des premiers postes, Franck a un suivi d'une perche et peu de temps après un second. Ils restèrent au spinner mais en changeant de couleur, sur le poste suivant, Franck toucha et ferra un brochet mais non maillé, Celui-ci rejoignit rapidement son élément. Par la suite, comme la veille, malgré l'essai d'une multitudes de leurres, ils n’arrivaient pas à décider un poisson. La manche s'acheva sur un capot, c'est dur pour un début de saison mais la Charente était vraiment dure !

Les seuls équipages a avoir su tirer leur épingle du jeu furent le team « GARBOLINO OKUMA DELALANDE ET SONER » de Sylvain SANSANO et David REY et le team « PAFEX – OWNER – DAMIKI – ALLIANCE PECHE » composé de Franck NADALUTTI et Jérémy HANIN.

Sylvain SANSANO et David REY, arrivés le jeudi en fin d’après-midi, afin de passer une paire d'heures sur l’eau pour découvrir le parcours, remarquèrent à la fois la beauté du parcours mais également la montée de la Charente dont l’eau se teintait ce qui n’était pas de bonne augure pour la pêche du lendemain.

Le Vendredi, ils commençaient la pêche sous une pile de pont  en ville, Sylvain au plomb palette et David en lancer ramener avec un sandra. Au troisième lancer, la touche enregistrée ne laissa apparaître qu’un sandre de 37 cm.
Le soleil sorti,  ils attaquèrent  les bordures,  David  au EXIT  JIG  DELALANDE
derrière et Sylvain devant au SPINNER DELALANDE 14gr blanc chatreux,. Au bout d’une demi-heure, une grosse touche fut ressentie et Sylvain sortit un joli bec de 68cm.

Malheureusement, plus aucune activité ne fut enregistrée de la journée.

Le soir, le verdict tomba : un poisson sur la manche. Le team « GARBOLINO OKUMA - DELALANDE - SONER » est premier.

Le samedi matin ils attaquèrent la manche un peu tendu , avec pour objectif d’homologuer un poisson pour confronter leur première place, en sachant que tous les équipages avaient leur chance au vu du résultat de la veille.
Ils retournèrent à la pile de pont où ils sortirent une perche de 22cm donc non maillée. Malgré leurs recherches et leur insistance, ils n’enregistrèrent aucune prise

Malheureusement pour eux, le team « PAFEX – OWNER – DAMIKI – ALLIANCE PECHE » homologua, le samedi matin, un brochet de 76 cm et passa devant eux au classement. 

 

Pour cette nouvelle date du calendrier, Franck NADALUTTI et Jérémy HANIN « PAFEX – OWNER – DAMIKI – ALLIANCE PECHE » n’avaient pas pu repérer le parcours mais ayant eu l’occasion de travailler en Charente-Maritime, ils glanèrent des informations ici et là leur permettant de cerner quelque peu le parcours avec quelques postes précis. Les dernières nouvelles de pêche n’étaient pas très réjouissantes avec une très faible activité les 15 jours précédents sur ce parcours. Sandres, brochets et perches seront les espèces ciblées en priorité avec l’éventualité de quelques blacks. En arrivant sur le secteur ils étaient plutôt confiants car au dire des différents échos, l’eau piquée devrait jouer en leur faveur. En effet les pluies de la semaine précédente avaient augmenté le débit et troublé l’eau. Côté température de l’eau les 13° - 13.5° refroidissaient quelque peu leur enthousiasme. L’éternelle question de l’amont ou aval (le départ étant situé au milieu du parcours) restait posée, d’autant que les 16 km de parcours laissait la place de prospecter sur les premières heures, des portions vierges de compétiteur acharné, ce qui était plutôt une très bonne chose. Un linéaire aussi conséquent n’étant pas toujours proposé par les organisateurs. Leur choix fut validé et ils décidèrent de rester sur place. A savoir dans la ville, puis suivant les conditions, ils s’orienteront sur l’amont ou l’aval. Ce choix sera conforté par la prise d’un sandre tout juste maillé par un pêcheur du bord au poser alors que les moteurs de tous les concurrents étaient allumés.

Ils cherchèrent donc sandres et perches sur le tombant très proche de la bordure et en aval des piles de pont. Verticale, drop shot et lancer-ramener furent mis en action avec des Sanec et Samara (Pafex) de petites tailles en alternant couleurs vives et plus imitatives. Une heure s’écoula sans la moindre touche et aucun écho de prises ne leur parvint. Ca allait être difficile mais tout le monde avait sa chance. Ils cherchaient toujours les perches activement qui étaient de belle taille sur le parcours avec toujours l’éventualité d’un brochet. Petits PN (Deep Mira Shad – Cultiva et Pointer –Lucky et Squad Minnow – Illex) étaient actionnés ainsi que plomb palette et lancer ramener avec des petits Sanec – Pafex. Mais pas une seule touche ne confirma leur option. Les berges magnifiques avec de belles ripisylves, un joli tombant, herbiers et nénuphars en début de pousse offraient une multitude de postes. Ils essayèrent un ensemble de profils mais rien n’y faisait. L’interrogation des autres compétiteurs ne leur emmena pas plus d’informations. C’était le calme plat. Peut-être auraient-ils du aller sur la partie aval. Ils continuèrent leur remontée et furent étonnés par le nombre de pêcheurs du bord. Ce qui fut la constante du week-end. Jérémy n’avait jamais vu une telle fréquentation sur les bords de l’eau et cela faisait plaisir. Ils comptèrent une bonne quarantaine de pêcheurs sur les 4 km amont de la mise à l’eau. Pêcheurs au coup, carpistes, et pêcheurs de carnassiers profitaient pleinement de ce week-end férié. Les poissons étaient donc bien là mais comment les décider ? Ils gardaient en tête le profil du poste et s’appliquaient à rechercher des secteurs similaires. Mais rien n’y faisait. Pas une touche de la journée où dans tous les cas pas une touche de poissons ! Le bilan de cette journée fut plutôt morose puisque un seul poisson maillé fut attrapé, un brochet de 68 cm. Leur stratégie « perche » tombait donc quelque peu à l’eau, ils révisèrent leur attaque pour le lendemain. Ils démarrèrent sur le même poste que la veille où le même pêcheur avait récidivé avec la prise d’un autre sandre maillé. Le débit était plus calme. De plus, la bordure sélectionnée libre de pêcheurs du bord, ils y croyaient à fond ! Le sandre fut ciblé jusqu’au réchauffement des bordures. Encore là pas une seule touche ni même écho de prises ne leur arriva. Ils insistèrent sur quelques postes marqués, du cassant à l’aval des ouvrages, en verticale et au plomb palette. Ils trouvèrent quelques jolis échos au sondeur mais sans succès. La journée était bien ensoleillée et maintenant que la bordure rive gauche avait chauffée, c’était l’heure du bec. Ils optèrent pour quelques postes de bordures propices aux brochets qui reprenaient le profil gagnant de la veille. Faible profondeur et présence d’herbiers, un Deep Mira Shad (Cultiva) fut activé. Franck, quant à lui, opta pour un chatter bait au colori sombre. Premier poste identifié, en observation depuis déjà une bonne demi-heure lors de leurs dérives verticales, Franck le sentait plutôt bien. Il avait vu juste… Le brochet n’était pas vilain et après un combat rapidement mené sur une Damiki Dark Angel MH, Jérémy fit rentrer dans leur nouvelle épuisette grand format cette prise qui allait compter. Ils continuèrent leur prospection, confiant comme jamais. Jérémy prit deux minutes pour appeler Nicolas Gleysses et Philipe Assier, qui lui annonça, à priori, la prise d’un gros poisson en aval. Il n’était que 10 h, encore deux heures de pêche et les brochets semblaient bouger. La mesure du poisson indiquait 76 cm, c’était plutôt très bien. Ayant toujours en tête cette annonce d’un beau poisson, ils restèrent motivés jusqu’au bout avec comme stratégie brochet et une éventuelle perche qui leur permettrait de faire la différence grâce au bonus de points de la plus grosse prise par catégorie. Les différents compétiteurs croisés nous confirmèrent que c’était toujours le calme plat et confirmaient le fait qu’un gros poisson avait été pris en aval.

Arrivés à la mise à l’eau, ils eurent l’ultime confirmation. Le team « PAFEX – OWNER – DAMIKI – ALLIANCE PECHE » était premier avec le plus joli brochet. Fatigués mais contents, ils savouraient cette victoire.

Pour l’anecdote, l’écho d’un gros poisson pris en aval était en fait le leur ! L’information ayant circulé en moins de 5 min par le bateau des organisateurs…

 

 

Dans son discours durant la remise des prix Jacques FOUCHIER s’est engagé à reconduire cette manifestation en 2010 en émettant le souhait de voir les pêcheurs locaux plus impliqués. La promotion et la défense de la pêche passe aussi par le succès de ce type d'épreuve.

 

Pour la majorité des équipages le potentiel de ce secteur est énorme et rendez-vous est donc pris en 2010 pour essayer de découvrir ce que la Charente a su si bien garder lors de ces deux journées. Ils ont également tenus à remercier les bénévoles pour leur gentillesse et la parfaite organisation de ce concours. Première réussie.

 

 

Prochaines dates :

30- 31 Mai : Bort les Orgues – Corrèze

5 – 6 Septembre : Sarrans – Aveyron

 

Renseignements

ARFPPMA de Midi-Pyrénées

Moulin de la Gascarie - 12000 RODEZ

Tél. 05 65 68 20 91 - Peche.mp@wanadoo.fr